Présentation

Vincent Jannot Luthier

 

Le travail du bois est le fil directeur de ma passion,

Et la musique mon compagnon.

 

J'ai commencé à apprendre le travail du bois en l'an 2000 en Savoie comme apprenti charpentier. J'ai obtenu mon BEP de charpente et suis ensuite parti en Bretagne, à Douarnenez, faire l'école de charpente navale traditionnelle.

 

J'ai exercé le métier de charpentier de marine pendant 12 ans en restaurant des bateaux en bois dans différents ports des côtes françaises, de la Bretagne à la Provence en passant par la Suisse et la Seine.

 

Étant aussi guitariste amateur je répare les guitares qui me passent entre les mains, puis je fais la connaissance en 2009, d’un nouvel ami, Francisco Hernendez (dit "Paco el Chaparito").

Il m’apprend à faire ma première guitare, une guitare de cyprès et d’épicéa.

Depuis je n’ai pu m’arrêter de fabriquer d'autres guitares ...

arbredet1.png
VJ.jpg
VJ11_edited.jpg

La personnalité de mes guitares

 

En premier lieu je veux que sa sonorité soit chaleureuse, douce et nerveuse à la fois. Elle doit être séduisante pour le guitariste et l’inviter à jouer longtemps.

 

La prise en main doit être naturelle. Les dimensions et la forme du manche doivent être familières à la main. La position des cordes entre elles ainsi que leurs hauteurs le long de la touche doivent être réglées avec une grande précision.

 

Chaque note doit être pleine et offrir un chant agréable à l’oreille. L’ensemble doit être équilibré de façon que toutes les notes ne forment qu’une seule voix.

 

La marqueterie est simple et élégante avec des mariages de teintes de bois contrastées.

 

La guitare est vernie à la gomme laque déposée au tampon. Ce vernis révèle magnifiquement le veinage du bois et ses brillances. De plus, déposé en une succession de fines couches, il n’altère pas la sonorité de l'instrument.

 

En ce qui concerne les bois que j'utilise 

 

Les tables d’harmonie sont en Epicéa des Alpes ou du Jura. Je choisis des veinages plus ou moins serrés selon le type de sonorité recherchée, mais toujours avec des veines d’automne relativement épaisses. Cela donne des tables plus rigides que je peux travailler un peu plus finement. Cela donne de la nervosité, notamment pour la guitare flamenca.

 

Le Palissandre pour le fond et les éclisses sont droits et réguliers, débités sur quartier. J’utilise du palissandre indien ainsi que du Madagascar plus dense et rigide pour les guitares classiques.

 

Le Cyprès d’Espagne pour la guitare flamenca, lui donne ce son percussif et clair. Les notes sont précises et permettent des enchaînements très rapides. Il parfume l’intérieur de la guitare de son odeur presque à vie et sa couleur jaune, une fois vernie, donne aux guitares flamencas leur beauté typique.

 

Le Cédro du Honduras ou du Brésil est utilisé pour les manches. Il est choisi droit, régulier, débité strictement sur quartier. Ce bois a une très bonne sonorité, de plus il est stable et léger. Ceux dont la teinte tire vers le rouge sont les meilleurs.

 

L’Ebène de Madagascar pour la touche, bien noir et dense, a une sonorité aiguë. Il sert aussi au renfort de manche et parfois à faire les filets d’éclisse ou de fond.

 

Le Western Red-Cedar pour la table d'harmonie, offre une sonorité plus aérienne, plus cristalline, avec des basses cuivrées, profondes et brillantes à la fois. Les harmoniques sont riches et développées. En revanche les médiums n'ont pas le poids que donne l’Epicéa.

L’Erable ondé pour le fond et les éclisses, des guitares classiques pour un son plus clair et précis. Sa couleur blanche avec des reflets nacrés sont magnifiques notamment quand il contraste avec le noir de l’Ebène. Élégance et sobriété de la sonorité. Ce bois évolue bien dans le temps. D’année en année la sonorité gagne en plénitude. Ces guitares évoluent toute leur vie.

arbredet1.png
Palissandre pile.png
travail du bois